Actualité

Retour

L’AUGMENTATION MAMMAIRE, UNE QUESTION D’ÉCOUTE 

La plastie mammaire d’augmentation s’adresse au plus grand nombre et à tout âge, aux poitrines peu ou non développées, parfois des poitrines asymétriques ou mal formées depuis la puberté. Mais aussi aux poitrines ayant diminué de volume après un accouchement, mais dont la peau ne s’est pas trop relâchée et aussi aux personnes amaigries par l’âge (vieillissement des tissus).

Les prothèses ont toujours une enveloppe de silicone mais peuvent être remplies de sérum physiologique ou de gel de silicone, ou d’hydrogel, très fiables et plus proche de la consistance d’un sein.

Les implants contenant du sérum physiologique sont de moins en moins utilisés en raison du risque qu’ils présentent de constituer des plis avec le temps et du risque de dégonflement précoce.

Après l’intervention l’œdème est fréquent, parfois accompagné d’ecchymoses, sur une durée de 3 semaines environ. Le sein est tendu et s’assouplit en 1 à 6 mois selon les cas.

L’augmentation mammaire ne se fait de manière habituelle que par mise en place de prothèses mammaires.

Néanmoins, une alternative existe par autogreffe adipeuse (prélèvement de graisse sur une autre partie du corps, “purification” de cette graisse par centrifugation puis réinjection dans les seins).

Ce procédé est à renouveler car il y a une perte d’environ 40 % du volume et le sein est moins galbé dans son pôle supérieur qu’avec une prothèse.